exposition

ARPAÏS du bois

trouver un moyen d’habiter le monde
05.03.16 - 29.05.16

Dans sa pratique de dessin quotidien ARPAÏS du bois enregistre, commente et réfléchit sur le monde qui l’entoure. Sa thématique va du monde intimement vécu aux grands événements politiques qui concernent le monde entier. Ainsi elle exprime sa lutte contre l’oubli, contre une vie trop rapide au sein d’un monde trop vite interprété. On peut concevoir les dessins comme des variations qui –avec une prise de distance et sous réserve – essaient de fournir une réponse au poids de la réalité.

Dans trouver un moyen d’habiter le monde ARPAÏS du bois montre une sélection de son œuvre et elle fait entrer ses dessins dans un dialogue avec les objets de la collection du Musée Dr. Guislain.

Lisez plus
exposition
© Michiel De Cleene

Hors de l’ombre

200 ans Frères de la Charité et psychiatrie
30.09.15 - 29.05.16

Le 30 septembre 2015, cela fera exactement deux cents ans que les malades mentaux ont été libérés des chaînes qui les retenaient dans la crypte du château médiéval de Gérard le Diable, à Gand. Le chanoine Triest et les Frères de la Charité furent à l’origine de cette initiative, qui peut être considérée comme le début des soins psychiatriques en Belgique.

À l’aide de photos, d’extraits de films et de témoignages, entre autres, Hors de l’ombre montre comment les malades mentaux étaient, et sont encore, bien trop souvent traités de manière indigne. L’exposition s’intéresse aux différences importantes qui existent, à travers le monde, en termes de prise en charge des malades mentaux et présente les nombreuses formes que prennent les chaînes aujourd’hui, mais aussi la manière dont elles sont brisées.

Lisez plus
exposition
DOOREMAN

Musée Dirk De Wachter

Art & psychiatrie dans une époque borderline
25.06.16 - 25.09.16

Le Musée Dr. Guislain devient le Musée Dirk De Wachter le temps d’un été. Dans son livre Borderline Times, le psychiatre Dirk De Wachter dresse un diagnostic acéré de la société actuelle : nous vivons dans une époque borderline. Impulsivité, labilité émotionnelle, vide… Ce  sont non seulement des symptômes individuels, mais aussi les caractéristiques d’une évolution collective plus large. Dans ce diagnostic, Dirk De Wachter laisse beaucoup de place à la littérature, à la philosophie et à l’art. Le Musée Dirk De Wachter se met en quête de la façon dont l’art contemporain représente la société et l’époque actuelles, et de la façon dont il dévoile, avec son propre langage, les manquements et les opportunités.

Le grand intérêt porté au livre et à l’auteur en dit long sur les points névralgiques qu’aborde le psychiatre avec son œuvre, mais il évoque aussi la place qu’il occupe lui-même dans la société. Le Musée Dirk De Wachter rencontre le phénomène Dirk De Wachter et jette une nouvelle lumière sur d’autres psychiatres populaires qui, au fil du temps, ont occupé la scène publique, qui ont jeté un regard critique sur la société et qui ont ainsi considéré l’art comme un maillon indispensable.

L’exposition Musée Dirk De Wachter est une collaboration entre les psychiatres Dirk De Wachter et Erik Thys et les commissaires d’expositions du Musée Dr. Guislain.

Un catalogue richement illustré est édité à l’occasion de l’exposition (NL, 144 p., Éditions Lannoo).

Lisez plus
exposition
Julie Scheurweghs

Honte

31.10.15 - 29.05.16

Ce que nous voulons dissimuler devient visible. Ce dont nous ne voulons pas parler devient public. Du tabou à la timidité, de la pruderie à la gêne, du rougissement aux petits plaisirs coupables : l’exposition met en lumière un sentiment difficile à appréhender, mais omniprésent : la honte. Elle nous touche aux moments les plus inattendus et pour des raisons les plus diverses : quand nous disons quelque chose en public de manière déplacée ou à cause de petites ou grandes imperfections corporelles. Mais la pauvreté ou les problèmes psychiques nous font tout autant honte. Que nous le veuillons ou non, la honte influence nos faits et nos gestes.

Au même titre que les motifs qui poussent les individus à avoir honte diffèrent, la honte varie également en fonction du caractère de la personne, de l’époque à laquelle elle vit et de l’endroit où elle se trouve. La honte est un phénomène tant personnel que social : chaque individu, mais aussi chaque culture l’appréhende différemment. L’exposition Honte explore le terrain par des voies différentes : par le biais d’objets d’autres cultures, de documents issus de l’histoire de la psychiatrie ou de témoignages actuels. Des artistes modernes et contemporains thématisent ce sentiment dans la peinture, la sculpture, la photographie et la vidéo.

Un catalogue richement illustré paraît à l’occasion de l’exposition (N/F/A, 176 p., Éditions Lannoo).

Chantal Akerman, Francis Alÿs, Alioune Bâ, Sarah Baker, Michael Borremans, Claude Cahun, Tom Callemin, Robert Capa, Roy de Villevoye, Jim Dine, Desiree Dolron, Marcel Duchamp, Tracey Emin, Gao Brothers, Marc Garanger, Siebe Wiemer Glastra, George Grosz, Seymour Jacobs, Gert Jochems, Nicolas Karakatsanis, Willy Kessels, Meiro Koizumi, Frans Masereel, Paul McCarthy, Boris Mikhailov, George Minne, Lauren Moffatt, Hans Op de Beeck, Pablo Picasso, Auguste Rodin, Félicien Rops, Tammo Schuringa, Jan Sluijters, Miroslav Tichý, Patrick Van Caeckenbergh, Philippe Vandenberg, Jan Van Imschoot, Ina van Zyl…

Lisez plus

Filtre les resultats:


Resultats:

24.05.2016
exposition

ARPAÏS du bois

trouver un moyen d’habiter le monde
05.03.16 - 29.05.16

Dans sa pratique de dessin quotidien ARPAÏS du bois enregistre, commente et réfléchit sur le monde qui l’entoure. Sa thématique va du monde intimement vécu aux grands événements politiques qui concernent le monde entier. Ainsi elle exprime sa lutte contre l’oubli, contre une vie trop rapide au sein d’un monde trop vite interprété. On peut concevoir les dessins comme des variations qui –avec une prise de distance et sous réserve – essaient de fournir une réponse au poids de la réalité.

Dans trouver un moyen d’habiter le monde ARPAÏS du bois montre une sélection de son œuvre et elle fait entrer ses dessins dans un dialogue avec les objets de la collection du Musée Dr. Guislain.

Lisez plus
exposition

Honte

31.10.15 - 29.05.16

Ce que nous voulons dissimuler devient visible. Ce dont nous ne voulons pas parler devient public. Du tabou à la timidité, de la pruderie à la gêne, du rougissement aux petits plaisirs coupables : l’exposition met en lumière un sentiment difficile à appréhender, mais omniprésent : la honte. Elle nous touche aux moments les plus inattendus et pour des raisons les plus diverses : quand nous disons quelque chose en public de manière déplacée ou à cause de petites ou grandes imperfections corporelles. Mais la pauvreté ou les problèmes psychiques nous font tout autant honte. Que nous le veuillons ou non, la honte influence nos faits et nos gestes.

Au même titre que les motifs qui poussent les individus à avoir honte diffèrent, la honte varie également en fonction du caractère de la personne, de l’époque à laquelle elle vit et de l’endroit où elle se trouve. La honte est un phénomène tant personnel que social : chaque individu, mais aussi chaque culture l’appréhende différemment. L’exposition Honte explore le terrain par des voies différentes : par le biais d’objets d’autres cultures, de documents issus de l’histoire de la psychiatrie ou de témoignages actuels. Des artistes modernes et contemporains thématisent ce sentiment dans la peinture, la sculpture, la photographie et la vidéo.

Un catalogue richement illustré paraît à l’occasion de l’exposition (N/F/A, 176 p., Éditions Lannoo).

Chantal Akerman, Francis Alÿs, Alioune Bâ, Sarah Baker, Michael Borremans, Claude Cahun, Tom Callemin, Robert Capa, Roy de Villevoye, Jim Dine, Desiree Dolron, Marcel Duchamp, Tracey Emin, Gao Brothers, Marc Garanger, Siebe Wiemer Glastra, George Grosz, Seymour Jacobs, Gert Jochems, Nicolas Karakatsanis, Willy Kessels, Meiro Koizumi, Frans Masereel, Paul McCarthy, Boris Mikhailov, George Minne, Lauren Moffatt, Hans Op de Beeck, Pablo Picasso, Auguste Rodin, Félicien Rops, Tammo Schuringa, Jan Sluijters, Miroslav Tichý, Patrick Van Caeckenbergh, Philippe Vandenberg, Jan Van Imschoot, Ina van Zyl…

Lisez plus
exposition

Hors de l’ombre

200 ans Frères de la Charité et psychiatrie
30.09.15 - 29.05.16

Le 30 septembre 2015, cela fera exactement deux cents ans que les malades mentaux ont été libérés des chaînes qui les retenaient dans la crypte du château médiéval de Gérard le Diable, à Gand. Le chanoine Triest et les Frères de la Charité furent à l’origine de cette initiative, qui peut être considérée comme le début des soins psychiatriques en Belgique.

À l’aide de photos, d’extraits de films et de témoignages, entre autres, Hors de l’ombre montre comment les malades mentaux étaient, et sont encore, bien trop souvent traités de manière indigne. L’exposition s’intéresse aux différences importantes qui existent, à travers le monde, en termes de prise en charge des malades mentaux et présente les nombreuses formes que prennent les chaînes aujourd’hui, mais aussi la manière dont elles sont brisées.

Lisez plus