exposition

Femmes névrosées

Deux siècles d’histoire entre femmes et leurs psychiatres
13.10.12 - 26.05.13

Les femmes sont depuis toujours considérées comme plus « névrosées » que les hommes : elles souffraient plus souvent d’instabilité et de maladie mentale, elles étaient plus souvent tourmentées par des esprits et autres démons. En fait, sont-elles plus inclines aux « maladies de l’esprit » ?

Au dix-neuvième siècle, certaines femmes semblaient devenir folles à cause de leur peu de liberté de comportement. Or, en ce début du vingt-et-unième siècle, certaines femmes paraissent précisément plier sous le poids de cette « liberté ». L’idée plane que les obligations que la société leur impose, à savoir faire carrière, soigner leur look et mener une vie sociale trépidante, est trop pour elles. Mais est-ce vraiment le cas ?

L’exposition présente sept « couples » patiente-psychiatre : un tableau remarquable de l’évolution de la société et de la psychiatrie, montrant comment certaines maladies mentales comme l’hystérie ont été liées à une époque, comment la nôtre suscite et supporte de nouvelles formes de comportements perturbés.

Femmes névrosées souhaite alimenter le débat sur la position « particulière » de la femme dans la psychiatrie. Dans l’exposition Femmes névrosées, on aborde les manies, la mélancolie, les nerfs délicats, les tics théâtraux, les amours passionnelles, l’automutilation, l’ennui, la rébellion, l’anorexie.

Lisez plus